Animation des focus group EcoMédias

 

Afin de mieux préciser les sujets des thématiques économiques qui devront être évoquées durant ce projet, l’UNALFA et CFI ont souhaité commencer par recueillir des données sur les connaissances, les attentes et les représentations des différents publics cibles en organisant des “focus-group”.

La cible des focus-group étaient les élus locaux, hommes et femmes de médias, des membres d’OSC et des jeunes de 15 à 35 ans dans les villes communes urbaines de Ouagadougou et de Dori.

L’objectif est de créer une base de référence pour mesurer l’état des connaissances actuelles des publics cibles en vue d’évaluer la progression des connaissances et des mécanismes de nos bénéficiaires mais aussi de la population en fin de projet.

Au sortir des entretiens avec les différents acteurs, deux constats se dégagent.

  • Le niveau de connaissance des différents acteurs est de façon générale très bas. Cette constante est préoccupante en ce sens qu’elle ne concerne pas un public-cible en particulier, mais l’ensemble des acteurs ciblés (jeunes, organisations de la société civile, médias et élus locaux). La seule exception concerne les élus de la ville de Ouagadougou, qui connaissent mieux (avec un niveau toujours insatisfaisant) certains aspects pratiques relatifs aux questions budgétaires.
  • Sans surprise, le niveau d’instruction des acteurs est plus important à Ouagadougou qu’à Dori. On aura remarqué en effet qu’il y a dans la capitale très peu d’élus analphabètes, contrairement à Dori, qui est une ville secondaire. Cela explique sans doute la différence en ce qui concerne les connaissances pratiques en matière budgétaires.

Ces deux enseignements réaffirment la nécessité de mettre en œuvre le projet EcoMédias afin de rendre disponible l’information budgétaire et économique ainsi que d’assurer sa diffusion à travers des médias sensibilisés et formés.

En dehors des évolutions des connaissances, les focus-group ont été l’occasion pour les participants de recommander trois axes de développement :

  • Partager davantage la connaissance : les participants ont souhaité que des renforcements de capacités des acteurs locaux non partenaires du projet (ONG, OSC…) soient prévus sur les points suivants : gouvernance locale, participation citoyenne, enjeux économiques et budgétaires locaux. Ils ont souligné également l’importance de prévoir des actions de vulgarisation (causeries éducatives) auprès des populations ;
  • L’utilisation des médias pour servir de vecteur de compréhension de ces thématiques pour la population au travers de la vulgarisation (émission de sensibilisation) mais aussi de l’utilisation des médias pour maintenir un cadre de collaboration et d’échanges entre les différents interlocuteurs. Ces mêmes participants ont recommandé à l’ensemble des acteurs (OSC, Autorité locale et médias) de produire ensemble des émissions de concertations citoyennes permettant une bonne information, un échange entre les parties et un contenu éditorial moins partisan et plus citoyen.
  • Le dernier souhait concerne la mise en place par les autorités locales d’une meilleure communication élus/citoyens, par exemple en modifiant le modèle de formats des séances de redevabilité pour un meilleur échange, ou en mettant à la disposition du citoyen des informations compréhensibles par tous.Cette activité est réalisée dans le cadre du projet EcoMédias financé par l’Union européenne et par CFI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *