CFI et l’UNALFA lancent FasoMédias 2 pour la promotion du contrôle citoyen de l’action publique

Ce lundi 30 janvier 2017 a eu lieu à Ouagadougou le séminaire de lancement de FasoMédias2, un projet initié par l’agence de coopération médias CFI et l’Union nationale de l’audiovisuel libre du Faso (UNALFA). Ce séminaire réunit des élus locaux, des journalistes et des responsables de médias publics et privés, ainsi que des organisations de la société civile et des universitaires impliqués dans le projet.

En février 2015, l’agence de coopération médias CFI et l’Union nationale de l’audiovisuel libre du Faso (UNALFA) lançaient le projet FasoMédias. Un projet qui avait pour but d’accompagner les médias burkinabè dans le traitement de l’information citoyenne et d’intérêt général. Deux ans après, le bilan est jugé satisfaisant. D’où la reconduite du projet, désormais FasoMédias 2 qui mettra l’accent sur le rôle des médias et de la société civile dans l’éducation citoyenne et le contrôle citoyen de l’action publique. Cette phase 2 du projet FasoMédias est prévue pour durer deux ans.

La mise en œuvre de FasoMédias 2 était nécessaire selon Salomé Sabattini, responsable de projet à CFI, car après les élections de novembre 2015 et de mai 2016, les citoyens s’attendent à plus de redevabilité de la part de leurs élus. Comme le souligne Charlemagne Abissi, président de l’UNALFA, « Aujourd’hui il est normal pour nous qu’on puisse, avec les nouveaux élus, essayer d’asseoir les bases d’un dialogue citoyen pour permettre aux uns et autres d’exercer leur mission de redevabilité ; donc que les médias se mettent à la disposition des élus pour cet exercice (…) Il s’agit aussi de conscientiser les citoyens afin qu’ils soient plus responsables. »

Et Remis Dandjinou, ministre en charge de la communication et parrain de la cérémonie de renchérir : « Après avoir renforcé les capacités de la presse dans la promotion et la couverture professionnelle des élections de 2015 et 2016, il est normal de chercher à accompagner les élus dans la mise en œuvre de l’exercice de redevabilité qu’exige la démocratie et la gestion de la chose publique. »
Pour lui, le projet FasoMédias est une initiative à encourager, car elle œuvre pour « l’ancrage et le renforcement du processus démocratique de notre pays. »

Une trentaine d’activités sont prévues dans le cadre de FasoMédias 2, selon Salomé Sabattini. Parmi ces activités, le renforcement des compétences techniques journalistiques et en management des médias, formations sur les thématiques liées au contrôle citoyen de l’action publique, formation des journalistes aux techniques d’investigation de proximité, initiation aux données ouvertes, la production et la conduite de plus de 150 émissions de débats thématiques, interactives et de sensibilisation, etc.

Avant la mise en œuvre de ces activités, un volet pilote de FasoMédias 2 sur le contrôle citoyen de l’action publique sera conduit à Bobo-Dioulasso et à Fada N’Gourma. Il concernera une douzaine de médias, des acteurs locaux de ces régions et environ cinq millions d’habitants. Ce volet pilote permettra selon Salomé Sabattini, « de sensibiliser positivement dans ces régions sur le contrôle citoyen de l’action publique et d’initier des projets citoyens qui seront mis en place de façon concertée entre les différents acteurs locaux. » A terme, ce sont 70 médias qui bénéficieront du projet FasoMédias 2.

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *